Pour sa 7ème édition, la 6666 accueillait un plateau élite formidable et quelque 800 coureurs sur ses trois parcours.

20160609 122652 bis

Venus découvrir l’incroyable beauté du Caroux, la dureté de ses sentiers et la biodiversité méditerranéenne, les coureurs de 80 départements et 8 pays se sont élancés à l’aube de ce samedi 11 juin 2016 pour 119 km et 7 040m+.

Sur le chemin ou les points de ravitaillement, à l’accueil ou en sécurité, 200 bénévoles ultra motivés encadraient les trailers pendant 31h !

Première épreuve master du challenge national « Ultra Mountain National Tour », la 6666 n’avait jamais connu une telle densité en tête de course, se voyant offrir un spectacle peu commun par des athlètes hors pair.

L’entrée en matière

Après 4 km sur piste dans les reliefs de Roquebrun, les coureurs prenaient le premier raidillon taillé dans la butte. À l’aide des mains ils se sont hissés jusqu’au sommet puis échappés vers Cabrerolles en un groupe serré. En frottant le thym, le romarin, la lavande, les cistes parfumés et bien d’autres plantes odoriférantes, les trailers ont pris pied dans l’atmosphère sauvage de la 6666. Descentes ou montées, rien n’est fait pour dérouler la foulée, à l’exception de quelques plats dégagés de cailloux, ce qui est assez rare.

À Cabrerolles, km 19, c’est un tir groupé pour le ravito et le passage dans les ruines du château avec vue sur la mer.

Sylvain Couchaud et Cédric Chavet décident d’accélérer, la densité est trop forte, ils veulent attaquer le Caroux seuls. Dans la technicité du pic de la Coquillade ils sont déjà hors de vue de leurs poursuivants et possèdent 3’ d’avance sur Lionel Trivel, Benoît Girondel et Frédéric Desplanches au ravito de Lamalou-les-Bains. Derrière, les écarts sont minimes. Le scénario est identique chez les femmes avec Irina Malejonock et la réunionnaise Gilberte Libel qui ne se quittent pas d’une semelle, suivies à 3’ de la Belge Janick Delva déjà victorieuse dans l’Hérault.

La découverte du Caroux 

20160609 120541 bis

Si certains se sont déplacés en connaisseurs, tels Renaud Rouanet, Pascal Massou, Fabrice d’Aletto, Janick Delva ou Sabrina Cachard, d’autres ont pu s’émerveiller des paysages tranchants du massif, de son kaléidoscope botanique, mais ils ont dû aussi s’adapter au terrain fait d’innombrables marches, d’abysses phénoménales et d’obstacles sournois. Oui, traverser le Caroux, c’est une vraie aventure, c’est être au plus proche de la nature, en éprouver la rudesse et la fragilité, en sentir les parfums suaves ou entêtants, en pâtir ou en capter l’énergie pour survoler ses roches granitiques. Après avoir atteint un sommet, comme celui de Madale, c’est aussitôt un plongeon dans les gorges de Colombières-sur-Orb, puis une immédiate ascension, et ainsi de suite, de gorges en vallées, de pics en précipices. Mais ce jeu de forçat n’a pas été décidé par un tortionnaire, il est un cheminement ancestral, une suite de chemins de muletiers empruntés pour le commerce, le troc et les déplacements discrets, qu’Antoine Guillon et Thierry Didoli ont réunis pour le plaisir des ultra trailers.

Dans cet échantillon de chemins, la 6666 entraîne le peloton jusqu’à une sortie du massif, Mons-la-Trivalle, au 83ème km. Avant de faire halte dans cette base-vie, les coureurs doivent réaliser un enchaînement digne des plus beaux passages de la Diagonale des Fous, avec l’ascension chronométrée de St Eutrope, la fantastique descente de l’Esquino d’Aze, le petit mur des Barraques de Caylus, la remontée sévère au col de Bartouyre (450m+ en 1500m !) et le demi sentier des Gardes en descente.

Pour Antoine Guillon, l’essence même du trail est l’alliance de la beauté d’un parcours et de ses difficultés : « Quel bonheur d’admirer un paysage fabuleux du haut d’un sommet atteint à la force des jambes et du mental ! Ce parcours est pour moi une succession de points de vue où l’émerveillement est rehaussé par les efforts fournis. Nous avons cette chance de pouvoir nous faufiler dans le parc naturel du Haut Languedoc, cette chance de traverser une partie sauvage du département de l’Hérault avec la confiance des institutions départementales et régionales. En tant que nouvel ambassadeur sportif du département, je me sens encore plus en accord avec les participants en leur présentant les facettes méconnues du Caroux au détour d’une balade au plus près des vignobles.»

Un enchaînement décisif

Vous l’avez compris, la succession de montées et descentes techniques étant redoutable, c’est là que s’est jouée la course pour les prétendants au podium et pour devenir finisher.

À Mons, les écarts se creusent :

  • Sylvain Couchaud à 16h37
  • Cédric Chavet à 16h43
  • Lionel Trivel à 16h51
  • Fabrice d’Aletto à 17h05
  • Renaud Rouanet à 17h15

Féminines :

  • Gilberte Libel à 19h01
  • Irina Malejonock à 19h06
  • Janick Delva à 19h48
  • Sabrina Cachard à 20h21

20160611 190956 bis

Il reste encore à gérer 36 km et 1 600m+ de garrigue et de sentiers étroits en passant par les beaux villages fleuris d’Olargues et de Vieussan. Sur les traces des sangliers, au milieu d’une flore envahissante, chacun donnera jusqu’à la dernière parcelle d’énergie pour enfin dominer Roquebrun et l’Orb depuis le haut du chemin du Garrigas. Encouragés par la voix de Ludo Collet, les coureurs rejoignent enfin l’esplanade Farret pour savourer leur victoire.

En tête, nous retrouvons Sylvain Couchaud qui signe là son 3ème succès, et Gilberte Libel.

  • Sylvain Couchaud en 14h37, invitation au trail de Bourbon
  • Cédric Chavet en 14h57, invitation en Guadeloupe
  • Lionel Trivel en 15h15
  • Fabrice d’Aletto en 15h44
  • Renaud Rouanet en 16h07
  • Sébastien Bousquet en 16h17
  • Gwenael Le Boulch en 16h20
  • Matthieu Craff en 17h06
  • Sébastien Parmentier en 17h06
  • Romain Olivier en 17h21

Féminines :

  • Gilberte Libel en 19h09, invitation Transmartinique,
  • Irina Malejonock en 19h16, invitation au trail de Bourbon,
  • Sabrina Cachard en 20h54, invitation en Guadeloupe,
  • Lucie Arnal en 22h36,
  • Françoise Chiron en 24h14,
  • Elisabeth Blanc en 24h55,
  • Lydia Massalve en 25h21,
  • Céline Lucak en 25h54,
  • Laurence Mage en 26h00
  • Magdalena Goudeau en 27h05

À l’issue de cette 3ème étape de l’UMNT, les classements provisoires sont les suivants :

Hommes :

  • 1er : Lionel Trivel, 1289 points
  • 2ème : Cédric Chavet, 1247
  • 3ème : Renaud Rouanet, 1238
  • 4ème : Sébastien Longearet, 1238
  • 5ème : Fabrice d’Aletto, 1226
  • 6ème : Sébastien Bousquet, 1208
  • 7ème : Matthieu Craff, 1134
  • 8ème : Romain Olivier, 1131
  • 9ème : Philippe Verdier, 978
  • 10ème : Pascal Gaillard, 788

Femmes :

  • 1ère : Sabrina Cachard, 1274
  • 2ème : Lucie Arnal, 1241
  • 3ème : Céline Lucak, 1095
  • 4ème : Gilberte Libel, 750
  • 5ème : Irina Malejonock, 732
  • 6ème : Françoise Chiron, 678
  • 7ème : Elisabeth Blanc, 663
  • 8ème : Lydia Massalve, 647
  • 9ème : Laurence Mage, 616
  • 10ème : Janick Delva, 575

Rendez-vous pour la 4ème étape en Corse début juillet sur l’Ultratrail Di Corsica !