Vous étiez 534 coureurs répartis sur l’une des trois courses occitanes, la 6666, le Grand Raid et la Roquebrune, et pas loin de 200 bénévoles sur les 157 km de parcours, les ravitaillements ou les zones de départ et d’arrivée.

Nous remercions chaleureusement tous les bénévoles dont la gentillesse et la disponibilité ont fait l’unanimité dans le peloton, et sans qui ces épreuves ne seraient pas. Nos pensées vont aussi vers nos partenaires qui nous ont apporté les moyens matériels, humains, financiers et alimentaires permettant d’assurer les prestations que vous avez pu apprécier.

Ces multiples aides, le sourire des coureurs et leurs nombreux messages d’après course, nous encouragent pour travailler à l’élaboration du rendez-vous 2014. Un rendez-vous fixé aux 30, 31 mai et 1er juin, avec la nouvelle distance du Grand Raid Occitan, 165 km et + de 9 000 mètres positifs, vous l’aurez compris, l’équivalent d’un Grand Raid de la Réunion, autant par la technicité du terrain que par sa beauté, l’ultra référence pour se préparer au rendez-vous automnal de l’océan Indien.  Il faudra aussi compter sur une nouvelle épreuve, la Saute Mouflon, qui avec ses 45 km et 2 500m+ aura tout d’une grande, relance, technicité, terrains variés et tout aussi somptueux pour le plaisir des yeux et des jambes. Quant à elle, la 6666 verra son kilométrage ramené à moins de 110 km et toujours autant de dénivelé, un phénomène de trail aux dires des participants.

Et pour s’essayer sur le final des ultras, la Roquebrune offrira son circuit en boucle de 11,5 km et 520m+ autour de Roquebrun.

Voilà quatre bonnes raisons de cocher cette date sur votre calendrier 2014, et en attendant, voici un récapitulatif de l’édition 2013 :

De 534 coureurs au départ, 414 sont finishers, un taux de réussite très satisfaisant compte tenu de la difficulté des ultras que le journaliste d’Endurance Mag qui courait la 6666 a qualifié de « plus dure de l’Hexagone ». Notons comme en 2012 l’excellence des féminines sur les longues distances, 100% de finishers sur le Grand Raid et 64% sur la 6666.

Déroulé du Grand Raid Occitan

Partis à 18h des berges du lac du Salagou, les 89 coureurs quittent la terre rouge pour entrer dans le Cirque de Mourèze, formidable terrain de jeu qui marquera les participants. C’est là que Patrick BOHARD et Fred TRAMMA, tous deux favoris de l’épreuve, se perdent, partis dans leur discussion sur la Transmartinique. Après deux heures de jardinage, on peut réellement dire qu’ils étaient complètement paumés, ils sont récupérés sur un bord de route et emmenés à Vailhan pour prendre quelques heures après le départ de la 6666 Occitane. Pendant ce temps, Patrice MARMET passe à Vailhan seul, après 2h57’ de course, c’est très rapide, Renaud ROUANET restant sagement à distance, 3h05’, pas dans son meilleur jour mais patient, il sait que sur un ultra la forme a des hauts et des bas. 3e, Jean-Claude BLUM pointe à 13 minutes, suivi d’Olivier PUAUD, tous deux membres du Mondeville Trail Aventure. Cécile DAQUIN mène chez les femmes en 4h48, suivie de la suisse Carole LAUK  et de Myriam BERLIOZ.

La garrigue et ses multiples bosses et virages serrés parcourus de nuit vont calmer les ardeurs, et c’est une bonne chose avant d’attaquer la montagne technique, ses 46 km et 3 200m+. Lamalou, 73e km, voit Renaud arriver en premier en 8h06, frais, pris en main par son épouse et son coach Jean-Claude BANFI. Calme, organisé, il se ravitaille et aura quitté le poste depuis  trente six minutes quand y entre Patrice à son tour, fatigué ; il repartira en 4e position. Les deux coureurs parisiens pointent à 8h47, très à l’aise, eux aussi faisant preuve de sérénité et professionnalisme, tandis que Lionel PLANES pointe son nez en cinquième position. Pas de changement chez les filles, si ce n’est l’avance de Cécile qui augmente largement, passant à 1h20, ça sent le voyage à la Martinique…

Le jour se lève, révélant les extraordinaires paysages du Caroux, le vent souffle très fort, mais il est le garant du beau temps, et en cette saison perturbée où les trails d’altitudes sont annulés ou amputés, c’est appréciable.

Après les deux premières acensions du Caroux et l’infernale descente du Sentier des gardes, Renaud a encore repris du poil de la bête, et s’il compte une large avance, 1h19’, il s’intéresse de près au record d’Oscar PEREZ LOPEZ qui semble à sa portée. Derrière lui Jean-Claude BLUM a distancé Olivier PUAUD de 18’, Patrice MARMET et Lionel PLANES complètent le podium provisoire. Sylvie GOURS s’empare de la 3e place.

A Olargues, km 117, Patrice MARMET n’est plus en course, les positions restent inchangées, et c’est Jean-Luc GINHOUX qui occupe la 5e place, auteur d’une belle remontée sur la section Mons-Olargues, talonné par André GAY. Derrière, à 40minutes,  ça bataille ferme entre Daniel BAUER, Cédric THERIN et Luca PAPI.

Tous les coureurs sont sur les sentiers du Caroux, il fait jour, c’est idéal autant pour la sécurité que pour le plaisir des yeux.

A Vieussan, alors qu’il ne reste plus que 15 km, Renaud ROUANET mène largement et maintient une courte avance sur le record d’Oscar. Derrière lui Luca PAPI grignote du terrain, il est 7e, à 20 minutes du duo GINHOUX-GAY, il peut encore monter sur le podium. Cécile DAQUIN est intouchable, tandis que Sylvie GOURS n’est plus qu’à 24’ de Carole LAUK, la fin est très intéressante, d’autant qu’elle réserve une fameuse surprise, la « montée de l’Aigle » comme nous la baptiserons désormais, un droit dans la pente bien costaud à dix km de l’arrivée, qui fait suite à un sentier en balcon compliqué.

Renaud arrive en vainqueur à Roquebrun en 20h52’, un quart d’heure de mieux qu’Oscar PEREZ LOPEZ en 2012. Après sa 2e place sur la 6666 Occitane 2012, ses victoires en relais de deux et de trois, il détient désormais un joli palmarès occitan ! Jean-Claude BLUM, 2e en 23h04, devance son compagnon de club Olivier PUAUD de 39’ (23h43), Lionel PLANES garde sa 4e place en 24h22, et c’est finalement Luca PAPI qui s’invite sur le podium, 5e en 24h27, un habitué puisqu’il était déjà 4e en 2012 !

Cécile DAQUIN en termine, en 34h02’, devant Carole LAUK en 36h12 et Sylvie GOURS en 36h37.

A l’heure où Renaud foule l’esplanade de Roquebrun, le dernier coureur est à la Fage, au 91e km. A chacun son rythme, pourvu que tous y prennent du plaisir, et c’est ce que nous vous souhaitons !

Et les pacers ?

Les Grands Raiders s’étant entourés de pacers ont apprécié cette aide, cette convivialité et ce partage innovant. Notons que sur les 10 coureurs concernés, 9 sont finishers… L’expérience sera donc reconduite en 2014 sur les 165 km du Grand Raid Occitan.

La 6666 Occitane

Départ de Vailhan à minuit, c’est la fête, les coureurs trépignent, ils viennent d’assister aux passages des coureurs du GRO et attendaient leur tour avec impatience. Ludovic COLLET les libère enfin.

Les relayeurs prennent un bon rythme, Grégory KIÉNÉ les suit peut être un peu trop longtemps dans les singles des forêts de chênes verts. Il pointe en premier à Faugères, Benjamin GALLAND et Patrick BOHARD sont à une minute. Chez les féminines, Laïla ROUGAIBI ne perd pas une seconde au ravitaillement, 3 minutes devant les deux coureuses du team Lafuma Espagne que sont Teresa NIMES et Marta PRAT LLORENS.

Les coureurs de la 6666 et du Grand Raid sont à présent bien mélangés, mais clairement identifiables grâce au port du second dossard sur le sac à dos.
Une fois de plus, la section Faugères-Lamalou, 24 km et 1 050m+ doit se négocier en douceur, gare aux excès de vitesse avant d’attaquer le Caroux.  Patrick BOHARD, bien chaud après son départ du Grand Raid, prend l’avantage sur Grégory et Benjamin, 4h23’, 5 minutes d’avance. La moyenne est élevée, 10km/h, j’ai peur pour eux. Derrière eux la chasse s’organise, il y a 7 coureurs en trente minutes. Coup de théâtre chez les femmes, avec l’abandon de Teresa. Mais la lutte promet d’être belle entre Laïla et Marta, toujours séparées d’à peine 3 minutes.

La montagne est sous les pieds des coureurs, un autre univers, un sol dur, rocheux, technique, et tellement beau.

Colombières, km 58, Patrick passe en 6h18, 7 minutes devant Benjamin. David ULIANA prend la 3e place en 6h33’, Grégory ayant un peu décroché et faisant route avec Bernard LUSSIS. Laïla a franchement accéléré, 15e au scratch, 7h34 ! Elle compte désormais 12 minutes d’avance sur l’espagnole Marta, c’est osé ! La 3e féminine, Laurence MAGE, est à 1h40 suivie de près par la locale Rizlaine EL OUARDI.

Il faut à présent gravir les Gorges de Colombières, atteindre le plateau 900m plus haut et traverser un secteur tourmenté, des ravines, puis descendre les 850m- de marches en pierres du Sentier des Gardes pour atteindre Mons La Trivalle 17 km plus loin. Heureusement, il ne fait pas trop chaud.

Patrick BOHARD, en 8h43, conserve une avance de 7’sur Benjamin GALLAND. David ULIANA ne parvient plus à s’alimenter et arrive 23e à Mons. C’est Bernard LUSSIS qui pointe 3e en 9h16, douze minutes devant le local Dominique JAQUEMET, vétéran 2 ! Grégory recule doucement dans le classement, il s’accroche, 5e. Laïla ROUGAIBI réalise une course exceptionnelle, 14e au scratch en 10h38’, 13 minutes devant Marta PRAT LLORENS. Les deux femmes ne lâchent rien. Rizlaine n’est plus qu’à 7’ de Laurence MAGE.

Encore une belle montée de plus de 1 000m+ pour atteindre le sommet du Montahut couvert de fleurs jaunes, puis descendre pendant 7 km pour rejoindre le ravito d’Olargues au 88e km !

Spécialiste des longues distances et fin gestionnaire, Patrick a mis le turbo. En 11h21, il augmente son avance à 20’sur Benjamin. Bernard est encore 3e à 42’ de Benjamin. Jean-Marc CONVERT passe 4e, juste devant Dominique JAQUEMET  en 12h44. Stephan VATINET 6 en 12h58, Jean-Philippe BECAMEL 7e en 13h12, Nicolas CANTAGREL 8e en 13h16, Janick JUCHEREAU 9e en 13h17 et Yann THEODIN 10e en 13h32.

Laïla augmente son avance, elle est 11e au scratch et compte 26’ sur Marta, tiendra-t-elle cette allure d’enfer ? Rizlaine EL OUARDI n’est plus qu’à 1’30’’ de la 3e place tenue par Laurence MAGE ! La lutte est passionnante.


La jonction jusqu’à Vieussan est courte, 12km et 680m+, sans difficultés majeures. Il y a l’amusante descente du Pic de Naudech, 300m- en 950m, histoire de ne pas s’ennuyer…

Pas de gros changement chez les hommes, excepté la marge de Patrick qui devient plus confortable avec 29’, et la remontée de Nicolas CANTAGREL à la 7e place. Chez les femmes en revanche, l’Espagnole gagne du terrain, 12e au scratch, elle n’est plus qu’à 15’ de Laïla et paraît plus fraîche au ravitaillement. Vu le profil sévère de la dernière section, tout reste possible pour la sociétaire du team Lafuma, mais sur la ligne d’arrivée, on ne peut que souhaiter à Laïla de tenir bon, après avoir tenu tête depuis plus de 100km ! Le suspens est total. La 3e place semble acquise à Laurence MAGE, car Rizlaine lui cède une demi-heure.

Vieussan Roquebrun, ce sont 15,7 km et 930m+, mais le terrain est sélectif, tantôt étroit et pentu, tantôt très raide (40% dans la montée de l’Aigle). En avoir gardé sous le pied est donc primordial pour réaliser un bon temps sur le final. C’est physiquement et mentalement éprouvant, mais quelle victoire sur soi au bout !!

La victoire justement, elle est pour Patrick BOHARD en 15h23, devant Benjamin GALLAND en 16h08 et Jean-Marc CONVERT en 17h11. Stephan VATINET 4e en 17h30, Nicolas CANTAGREL 5e après une superbe remontée en 17h49, Dominique JAQUEMET 6e en 18h07, Jean-Philippe BECAMEL 7e en 18h25, Janick JUCHEREAU 8e en 18h26, Yann THEODIN 9e en 18h33 et Bernard LUSSIS 10e en 18h45.

Très belle victoire de Laïla ROUGAIBI en 19h09’, 11e au scratch. Elle signe là une excellente performance, 6 petites minutes la séparant de son adversaire Marta PRAT LLORENS ! Laurence MAGE complète le podium en 25h20. Rizlaine EL OUARDI est 4e en 26h08, Monique VEYRUNES 5e en 26h15.

Les arrivées se succèderont toute la nuit, la seconde pour ces coureurs de l’extrême. Bravo à tous !

Relais de 2

Dès Faugères, 3 équipes se distinguent, passant dans la même minute, le duo Arnaud BORREGUERO et François LACHAUX, les Frères TRIVEL Damien et Lionel, et le duo Fabien FACHIN et Hervé SORIANO.

Lionel TRIVEL, de retour du Japon où il disputait l’Ultra du Mont Fuji, est en grande forme et pointe à Lamalou avec 20’ d’avance sur BORREGUERO & LACHAUX. La 3e équipe suit à 8’.

C’est parti pour le Caroux ! Lionel termine son relais à Colombières en 6h03, 55’ devant le duo FACHIN/SORIANO.

A Mons, pas de changement notable, les frères TRIVEL conservant près d’une heure d’avance sur les deux autres équipes séparées de 2’. Le trou est fait, et derrière, la 4e équipe, Hivernatrail, est à 27’.

Jusqu’au bout, chacun gardera son tempo, et l’on retrouve les équipes dans le même ordre, avec la victoire de Lionel et Damien TRIVEL en 14h02, seconde place pour Arnaud BORREGUERO et François LACHAUX en 15h06, troisième place pour Fabien FACHIN et Hervé SORIANO en 15h35.

Relais de 3

Il s’agit de courir vite jusqu’à Lamalou, c’est la nuit, les sentiers sont souvent étroits, ce n’est pas si évident. 1ère équipe à Faugères, Beauvoisin Mont Blanc en 1h43, devant les Galopins Brassagais en 1h49 et les Trailers de l’Antre de l’Echoppe en 1h51. Notons la performance de Maud RESPAUD, 5e en 2h00, équipe Temps Course-Lafuma.

Au passage du relais à Lamalou, les positions n’ont pas changé, seuls les écarts augmentent. On suit donc avec attention le déroulé de course dans la montagne.

A Colombières la tendance s’inverse, avec les locaux en tête, les Trailers de l’Antre de l’Echoppe pointant en 6h15 devant Beauvoisin Mont Blanc en 6h21 et Temps Course-Lafuma en 6h36.

Au second passage de relais à Mons, Temps Course-Lafuma passe 2e grâce à superbe prestation de Laurent COLOMBERO.

A Olargues, les trois équipes arrivent dans le même ordre, en 10h01, 10h36 et 10h46.

Sur les trente derniers km, Luc MARTIN de Temps Course Lafuma va s’accrocher pour conserver une place sur le podium. L’équipe locale constituée d’Alexis MOTTET, Pierre CHALEYER et Yoan MARCOUIRE l’emporte en 13h19, devant Beauvoisin Mont Blanc en 14h22 et Temps Course-Lafuma en 14h41.